Nouveau groupe cycliste citoyen dans Parc-Extension

Transport actif Parc-Extension (TAPX) est un nouvel organisme communautaire qui favorise le développement et la mise en valeur des infrastructures liées aux piétons et aux cyclistes dans le quartier de Parc-Extension.

La marche et le vélo sont d’importants modes de transport pour les résidents et les résidentes de Parc-Extension: un récent sondage constate que 35 % des déplacements vers les restaurants et les détaillants de la rue Jean-Talon Ouest à Parc-Extension s’effectuent à pied ou en vélo. Ce chiffre passe à 86 % lorsqu’on tient compte du transport collectif, dont l’accès aux stations pour ce dernier se réalise surtout à pied.

Malgré la prévalence du transport actif, les passages et feux pour piétons sont absents de la plupart des intersections, et le quartier ne compte aucune piste cyclable.

Le premier objectif de TAPX est d’assurer que les pistes cyclables et les passages pour piétons soient implantés à l’occasion de trois prochains aménagements : la réfection de la rue Jarry Ouest, le passage à niveau proposé à la station Parc de l’AMT, et le réaménagement du secteur Beaumont en vue du futur campus Outremont de l’Université de Montréal.

D’une façon plus générale, TAPX veut que les mesures de sécurité piétonnière et cycliste soient incorporées dans chacun des travaux de réaménagement des voies publiques dans le quartier.

« Des preuves de plus en plus nombreuses démontrent les avantages du transport actif par rapport à la santé, à la réduction des gaz à effet de serre, et également aux retombées économiques pour les commerçants locaux », explique le co-fondateur et résident de Parc-Extension Brendan Rahman.

En plus des avantages généraux, plusieurs initiatives communautaires récentes ont montré une demande croissante de la part des résidents pour la marche et le vélo dans le quartier. Chez Culture Vélo, par exemple, des centaines de résidents ont appris comment réparer leurs bicyclettes, et Trottibus, un programme d’autobus scolaire pédestre, a été également bien reçu.

« Il faut profiter de l’élan généré par le succès de Trottibus et de Culture Vélo afin de pousser les autorités à investir dans des rues sécuritaires aux piétons. » ajoute Rahman. « C’est pareil pour les pistes cyclables, où malheureusement, nous partons de zéro. »


Commentaires